Françoise pour l'oeuvre contemporaine en société

Un héritage

Cette association est à l’image des grandes Dames de notre histoire moderne. Celles qui ont accompagnées la révolution sexuelle, les femmes militantes, déterminées, les femmes de lutte pour les droits des femmes et l’évolution de sa condition : Françoise Giroud, Françoise Sagan, Françoise Fabian, Simone Veil… C’est pourquoi il paraissait tout naturel de donner comme nom à cette association un prénom symbolique d’un temps fort de notre histoire humaine et sociétale. Françoise est accessible, il est représentatif de toute une génération de femmes, il est à la fois maternel et engagé, familier et exigeant. Il frappe directement, sans détour, comme une promesse, forte et combative.

Une raison d’être

L’association Françoise pour l’œuvre contemporaine est l’aboutissement d’un travail de réflexion qui s’est construit sur plusieurs années. Des constats sur notre société d’aujourd’hui, nous conduisant à devenir davantage responsables de nos actes et de notre manière de penser. Un cheminement naturel vers une démarche altruiste en direction des artistes contemporains. La création est aujourd’hui conditionnée à différents niveaux, celui de la censure par exemple, des modes, des contraintes économiques… L’artiste devient dépendant d’une société qui mue très rapidement, il doit alors s’adapter dans un temps où l’éphémère tend à régner, où le « burn-out » devient symptomatique de notre temps. En revanche, des nouveaux marchés apparaissent, l’art se doit alors de se combiner avec d’autres champs d’expérimentations, pour la recherche mais aussi pour l’insertion facilité des jeunes artistes et le mieux vivre en société tout simplement. La transversalité, le croisement des disciplines et l’implication de l’art dans des domaines économiques, politiques ou bien encore industriels deviennent des enjeux importants.

Diffuser et pérenniser l’œuvre, l’ancrer durablement dans la société par des projets d’échanges et d’expérimentations sont les moteurs de cette initiative. Et les concevoir avec raison et réflexion, dans une complémentarité entre les artistes et les différents partenaires sont une part essentielle des principales missions initiées par l’association. Comme la confrontation des artistes à des experts de domaines variés pour approfondir un métier, un savoir, un matériau, une technique et remettre tout en question pour révéler une nouvelle fois sa liberté d’expression et d’innovation. Ou la création d’un concours artistique conduisant à un projet durable et singulier par un accompagnement permanent vers un processus de création renouvelé.

Une politique territoriale

Dans cet esprit d’engagement cette association est créée pour accompagner l’art contemporain en société, en France et à l’international : un engagement militant pour l’œuvre et l’artiste en société par une approche cross-culturelle pour mieux intégrer les enjeux actuels. Un engagement pérenne au nom de la démocratisation de la culture et pour le développement d’un territoire. Cet objectif est crucial pour maintenir notre société de liberté culturelle en vie car ce qui caractérise l’esprit de nos institutions mérite d’être défendu. “Françoise pour l’œuvre contemporaine” œuvre pour les artistes, pour leur liberté d’expression et dans un plus large spectre, tient à sauvegarder la diversité et le pluralisme qui caractérisent notre démocratie. Cette association lutte pour révéler les identités, rompre l’isolement et combattre l’oubli. L’art étant source de créativité, de mémoire et de traces indispensables à notre société contemporaine. Celle-ci offre aux artistes de nouveaux marchés, son traditionnel marché de l’art où seuls 8 à 10% des diplômés des écoles d’art vivent de leur statut d’artiste, tandis que les compétences créatives de ces nouveaux diplômés sont recherchées dans de nombreux autres secteurs, de l’industrie au tertiaire en passant par l’architecture, le design et la recherche.